Jeudi 30 janvier 2020
 

Bonjour aux adhérents et amis,

Sydeme : 375 000 habitants trahis

Une trahison ressentie : 102,7 millions d’euros de dette et 21 millions d’euros de déficit à ce jour (Selon le rapport du conseil syndical de ce mois de janvier). L’ancien directeur général des services, Serge Winkelmuller, qui part avec une très, très lourde indemnité de licenciement et un poste de vice-président dans une des sociétés suédoise du Sydeme, Spiral Trans Nordic, tandis que l’ancien président du Sydeme, Serge Starck, malmené par la Chambre régionale des comptes ne subit aucune sanction.

Alors que le pouvoir d’achat des Mosellans est fragile, c’est à eux que l’on demande de faire l’effort de rembourser ces dettes dont ils ne sont pas responsables.

« Il reste 17,5 M€ de déficit reporté et il faudra bien trouver des solutions pour l’effacer », explique Roland Roth, nouveau président du Sydeme. (RL 29 janvier 2020). Quelles seront les solutions ? Toujours les mêmes. « à savoir une hausse de 3 % des cotisations des intercommunalités » (RL 22 janvier 2020), c'est-à-dire que les habitants seront encore, et encore, obligés de mettre la main au porte-monnaie  pour rembourser les dépenses des rêves pharaoniques de ces élus-dirigeants « irresponsables » (dixit Eric Hemmert RL 2018).

Il est facile de fermer les yeux sur le passé, mais il serait plus honnête qu’on les ouvre sur les dérives financières qui ont profité à quelques uns, amis ou associés du Sydeme. Avec Anticor, et les associations amies, nous avons porté plainte, mais il semblerait que Monsieur le Procureur traîne un peu les pieds et se refuse à poursuivre les élus et employés responsables des malversations financières relevées par les associations et la Chambre régionale des comptes. Tandis que le citoyen lambda qui aura le malheur de se tromper de quelques euros sur sa déclaration d’impôts sera cloué au pilori.

Un document (la valse des millions) créé par l’ADPB sur les « erreurs » de comptabilité du Sydeme dénoncé par la Chambre régionale des comptes le 5 juin 2018, montre les millions d’euros que les comptables et les dirigeants du Sydeme ont « mal » déclarés. Les sanctions ? Aucune.

Les marchés douteux passés entre Serge Starck et lui-même ou avec ses amis-associés ne sont pas sanctionnés. Régulièrement dans la presse, on peu lire des condamnations pour de petits faits par des élus. Un exemple avec le maire de Pessac, Franck R., qui a été condamné à 6 000€ d’amende pour… avoir fait signer le permis de construire de sa maison par l’un de ses adjoints alors qu’il aurait dû saisir le conseil municipal afin que ce dernier désigne un élu en son sein pour effectuer cet acte. « Pendant six mois, les enquêteurs de la division des affaires économiques et financières de la police judiciaire (PJ) de Bordeaux ont passé au crible les documents afférents à la délivrance du permis de construire de la maison du maire de Pessac. » (Journal Sud-ouest 2019) Est-ce qu’il a volé sa commune ? Non. Est-ce qu’il a porté préjudice aux habitants ? Non. Incroyable ! Mais quand il s’agit de 30 de millions d’euros qui semble avoir disparus (question posée par la CRC sur la construction de Methavalor), pour des marchés avec soi-même, pour du copinage, pour des sommes versées sans consultation, pour des prises de participation dans des sociétés avec des fournisseurs, alors on laisse faire.

Plus vous allez réduire vos déchets ménagers, et plus vous allez payer, sachez-le. « Plus vous triez, moins vous paierez, c'est un leurre » tient à préciser dans le RL (2018) Mr François Trombini, maire de Téterchen et vice président de la CCPB chargé des ordures ménagères. Et il a raison. Il avait vu juste.

C’est une trahison pour les habitants qui font confiance aux élus en votant pour eux, c’est une trahison de nos institutions, c’est une trahison pour ce que doit être notre démocratie (nom féminin : Gouvernement où le peuple exerce la souveraineté.)

Aujourd’hui la révolte gronde et c’est compréhensible. Grâce à Internet, l’information cachée par nos dirigeants ne passe plus inaperçue. Les élus ont beau se taire, maintenant nous savons.

Nous, l’ADPB, demandons que le Sydeme devienne une entreprise indépendante et privée et que ses seules ressources financières soient celles de clients et non plus d’argent public versé dans un puits sans fond.

Mais nous demandons aussi au président de la CCHPB, André Boucher, de sortir de cette alliance contre nature avec le Sydeme et de trouver un autre acteur du traitement des ordures ménagères à moindre coût.

Cordialement.

Le Président de l'ADPB
JM Le Braz

PS: Notre site Internet www.adpb.pro est toujours en attente de mise à jour. Nous vous prions de nous en excuser.