ACTIONS et DÉFENSE du PAYS BOULAGEOIS

L’association ADPB a pour but de défendre la qualité de vie et l’avenir des habitants du secteur boulageois et de ses environs.

compteur de visite
Un goufre à millions d’euros, le système Multiflux dont personne ne veut.
1 Président, 8 Vice-Présidents, 55 délégués titulaires, 55 délégués suppléants = 119 élus
Le Multiflux ne tient pas ses promesses.
Le seul client connu de Spiral Trans, la ville de Kalmar, a jeté le Multiflux
“Ca ne fonctionne pas.”
La régie KSRR veut que Spiral Trans AB rembourse
“2,6 millions d’euros”
Pour quelles raisons nos élus ont laissé Serge Starck et ses amis créer des sociétés, acheter des sociétés, dépenser dans des brevets ou des idées et tout cela avec des fonds publics (votre argent) ? Nous avons des difficultés à comprendre. Tandis que la Chambre Régionale des Comptes tirait à trois reprises la sonnette d’alarme, seule une petite poignée d’élus a demandé des comptes au Sydeme. Les autres élus ont-ils fait preuve de naïveté en fermant les yeux sur la gestion du Sydeme et de ses débordements ? Des associations comme l’ADQV, l’ADEPRA et la nôtre ont été raillées par les élus en place. Devant les documents présentés, certains d’entre eux ont osé dire que c’était des faux. “La Chambre Régionale des Comptes, c’est un tissu de mensonges” voilà ce qu’ont osé nous dire quelques élus. On croit rêver.
La théorie du tri avec le système Multiflux et ci-dessous la vidéo de ce qui va à l’incinération
Spiral Trans AB est une filiale de Sydeme Développement. Sydeme Développement a été créé par le Sydeme. Cliquez ici Alors qui va rembourser la régie KSRR de Kalmar ?
Pourquoi S. Starck veut-il en construire un autre ?
Puisque ce n’est pas performant, à qui cela va-t-il profiter ?
L’ADPB faute de la vaincre, rejoignez-la !
Actuellement, notre principal combat est la remise en cause de toute la gestion et l’organisation de la régie qui traite les ordures ménagères : le Sydeme.
Nous avons commencé par alerter les maires de la communauté de communes du Pays Boulageois et de la Houve, mais ils se sont moqués et nous ont traités de menteurs. Ensuite devant les preuves présentées, ils ont commencé à réfléchir. Devant notre ténacité, certains ont décidé d’en savoir un peu plus pendant que d’autres se drapaient dans leur cape d’ignorance. Nous avons essayé de les rencontrer pour leur apporter les connaissances qu’ils auraient dû avoir. Beaucoup ont refusé. Nous leur avons tendu la main non pour les combattre mais pour s’associer à nous pour découvrir la Vérité avec un grand V, mais peu ont accepté. Maintenant que les élections arrivent (2020 pour les municipalités, mais 2019 pour les préparations) quelques maires commencent à se manifester.
Vous avez trié et bien voyez maintenant.
RL du 6 juillet 2018
La sté Spiral Trans AB s’est déclarée en faillite en juin 2017
Les sociétés (à notre connaissance) créées ou rachetées par Serge Starck avec l’argent que vous avez donné pour traiter vos déchets ménagers : Sydeme Développement Spiral Trans France Spiral Trans SAS Methavos Spiral Trans AB (Suède) Spiral Trans Nordic (Suède) Spiral Trans Streley (Suède) Spiral Trans Canada
Un journal suédois a dit que ce sont des manières de voyous quand une société préfère mettre la clef sous la porte plutôt qu’essayer de trouver une solution honnête à un problème.
C’est l’ADPB qui a enquêté et qui a été la première à trouver cette information reprise par le journal le Républicain Lorrain.
Et que font nos élus délégués au Sydeme ?
Le Méthaniseur n’a pas assez de sacs verts.
Normal ! A la campagne nous compostons.
Petit rappel au Préfet et aux élus :
Le SYDEME a pour seule compétence le traitement et la valorisation des déchets
Le District Urbain de Faulquemont propose même des composteurs : Cliquez ici pour voir la brochure
Pourquoi ? Peut-être parce qu’ils ont compris que Méthavalor est un goufre financier et que plus S. Starck, président du Sydeme, veut méthaniser et plus cela nous coûte cher. Chaque année, vous devez compenser les pertes d’exploitation.
Le Président de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) écrit à propos du financement de l’usine de méthanisation : "Le budget initial de l’opération était de 16,30 millions d’euros TTC (hors acquisitions foncières). "  Ce chiffre est proche de ce que propose la SAS Méthavos (société construite en partie avec l’argent des contribuables que vous êtes). Si cette usine de méthanisation a coûté 42 millions d’euros, la SAS Méthavos propose de construire le même type d’usine à partir de rien (ex-nihilo) pour environ 12 millions d’euros, soit 30 millions d’euros de moins. Le Président de la CRC écrit : "En mars 2016, le Comité Syndical clôt l’opération, prend acte du bilan définitif et donne quitus à la SEBL. Le coût est finalement de 42 588 620,30 € TTC, rémunération de la SEBL comprise (0,7 M€).  Il a été multiplié par 2,5. Le dépassement du budget est essentiellement dû à l’absence de maîtrise juridique du projet. " Ce n’est pas grave, on prendra, comme d’habitude, l’argent des contribuables qui n’ont qu’un seul droit : la fermer ! Bien entendu, aucune sanction n’est prévue par la Loi pour ce type "d’erreur".
Où sont passés les 30 millions d’euros, c’est ce que voudrait savoir le Président de la Chambre Régionale des Comptes.

Vous êtes le

ème

  visiteur sur ce site

RENOUVELLEMENT  ADHÉSION NOUVELLE   ADHÉSION